Injections

La technique d’injection est un procédé de renforcement de sol consistant à injecter dans le sol un mortier de façon à constituer une inclusion ou à remplir des vides. Les machines utilisées peuvent être de gabarit plus ou moins important permettant un large domaine d’applications, en neuf comme en rénovation/reprise en sous-œuvre.

Ces travaux sont généralement réalisés selon 2 phases distinctes :

injections

 

La première phase consiste en la réalisation de forages destructifs avec enregistrements de paramètres (VIA, pression sur l’outil, couple de rotation…).

Suivant les conditions géotechniques rencontrées, le traitement à réaliser peut être décomposé en un maillage primaire et un maillage secondaire.

L’analyse de ces forages et en particulier l’examen des vitesses d’avancement permettra de localiser les vides ou les passages décomprimés et également de décider de la réalisation de forages selon une maille secondaire.

 

 

Injections solides sous fondation d’éolienne

Injections solides sous fondation d’éolienne

En 2è phase, les forages sont injectés.

Dans le cas de comblement de vides, l’injection est menée jusqu’à résurgence du coulis en tête de forage (critère d’arrêt). On parle alors de remplissage.

Une injection de clavage sous pression peut ensuite être réalisée. Cette opération permet le traitement soigné à travers les forages des vides présents après le retrait du coulis d’injection gravitaire.

 

Dans le cas de la recherche d’augmentation des caractéristiques d’un sol de fondation, l’injection est réalisée par passe successive à la remontée de l’outil. Un critère d’arrêt est défini à chaque passe d’injection (volume injecté, pression d’injection, résurgeance, déplacements à proximité). L’injection est également réalisée en observant un phasage (maille primaire, secondaire…).

L’inclusion ainsi obtenue est un chapelet de « boules » de mortier. Le terrain environnant se trouve donc comprimé autour de l’inclusion, et sa compacité augmentée.

Cette technique est couramment utilisée dans des terrains présentant des vides (zones karstiques, présence de cavités) et devant recevoir un ouvrage.

Elle peut également trouver une application pour des projets d’amélioration de sol avec conditions d’accès restreintes (modification de surcharge de dallage dans un bâtiment existant, création d’appuis dans un bâtiment existant,…)